Un détenu s’oppose aux fouilles intégrales à Varces ( grenoble )

 

 Il a déposé un référé-suspension contre la maison d’arrêt

Mardi, le tribunal administratif de Grenoble examinait le recours d’un détenu de la Maison d’arrêt de Varces contre les fouilles à nu systématiques imposées par la prison, interdites par la loi. Ce référé-suspension examiné intervient après un référé-liberté déposé le 28 mai, rejeté par le juge le lendemain pour défaut d’urgence. Il vise à mettre fin à une note de service prise par la directrice de la prison le 30 avril autorisant la fouille intégrale des détenus au retour des parloirs jusqu’au 30 juin.

« Une pratique humiliante »

Selon l’Observatoire international des prisons (OIP), la direction explique cette mesure par «la découverte d’objets prohibés à la sortie du parloir en mars et avril, dont sept téléphones portables». L’avocate du détenu, Me Joëlle Vernay, conteste : «Un seul téléphone provient du parloir, les autres sont des projections lancées de l’extérieur.» Elle dénonce «une pratique humiliante et dégradante, sans justification. Anthony A. n’a de visites que celles de sa compagne. Il passe sous un portique détecteur avant et se soumet à la fouille à nu après. Il n’a jamais refusé les fouilles, mais seulement deux demandes inhabituelles : une fois de remettre son caleçon au surveillant, une aute fois de le baisser à deux reprises. Cela lui a valu deux commissions de discipline et neuf jours de mitard.» L’OIP et l’Institut des droits de l’homme soutiennent le détenu dans cette «affaire de principe pour la dignité humaine». Le tribunal a différé son jugement à ce mercredi.

*Le prénom a été modifié

 

source : http://www.20minutes.fr/grenoble/1171993-detenu-oppose-fouilles-integrales-varces
This entry was posted in Comment ils nous enferment and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.