L’administration penitentiaire ne veut pas entendre parler de maltraitance…

Dix-sept détenus affirment avoir été victimes de violences commises par des surveillants à la prison de Saint-Quentin-Fallavier en Isère. L’observatoire international des prisons dénonce «l’inertie» des autorités.

 Des coups, des fractures, des traumatismes crâniens, le tout accompagné d’une terrible loi du silence. L’observatoire international des prisons (OIP) a révélé jeudi dans un rapport une liste noire de violences qui auraient été commises par des surveillants à la prison de Saint-Quentin-Fallavier en Isère en 2009-2010. Pire encore, ces actes de maltraitance auraient été couverts par l’administration pénitentiaire et la police, dont l’OIP dénonce «le silence». Parmi les sept gardiens faisant aujourd’hui l’objet d’une enquête, trois avaient déjà été visés par un rapport confidentiel de l’Inspection des services pénitentiaires (ISP) établi en mars 2011, que l’OIP a rendu public. Leur signalement avait été transmis au parquet, mais un seul avait donné lieu à une information judiciaire et à la condamnation d’un surveillant à une peine de trois mois de prison avec sursis.

Sur 20 détenus entendus par l’ISP, 17 ont fait état de violences physiques entre avril 2009 et juillet 2010. Dans quatre cas, leurs allégations ont été attestées par des certificats médicaux. Les témoignages de détenus cités par l’OIP et certifiés par des médecins évoquent «des coups de poing, coups de pied», des tentatives «d’étranglement», «un coup de boule», «du sang partout»… Au quartier disciplinaire du centre pénitentiaire, les inspecteurs de l’ISP avaient aussi relevé la pratique «habituelle» de laisser un détenu en caleçon dans la cour de promenade.

Dominique Baudis interpelle Christiane Taubira

Après les révélations de l’OIP, le Défenseur des droits (DDD) Dominique Baudis a lui aussi indiqué avoir subi des entraves de l’administration pénitentiaire dans une enquête de ses services sur ces mêmes faits de maltraitance, dont il avait été saisi en juin 2010. «Le DDD a donné jusqu’à la mi-juillet à la ministre de la Justice Christiane Taubira pour répondre» sur ces «carences de l’administration pénitentiaire» qui «ont entravé la mission de contrôle» du Défenseur», a averti Antoine Grézaud, directeur de cabinet du Défenseur, Dominique Baudis.

Une enquête préliminaire a depuis été ouverte par le parquet de Vienne avant d’être transmise à celui de Grenoble. Détail sordide de plus, les enquêteurs, lors d’une perquisition au domicile du chef adjoint de la prison de Saint-Quentin-Fallavier, ont retrouvé des milliers d’images pédopornographiques sur son ordinateur. Le magistrat, qui a ouvert une enquête dans ce dossier, a tenu à souligner que les images découvertes «n’avaient rien à voir avec les détenus».

 
source : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/07/06/01016-20130706ARTFIG00323-prison-l-administration-aurait-etouffe-des-cas-de-maltraitance.php
This entry was posted in Actualités, informations and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.