Béthune: un an de prison pour avoir agressé un surveillant à la maison d’arrêt

Incarcéré depuis vingt-cinq mois, Jimmy Nœuxois de 21 ans, a vu sa date de sortie de prison repoussée d’un an après sa condamnation, vendredi en comparution immédiate. La veille, il s’en est physiquement pris à l’un des surveillants de la maison d’arrêt de Béthune. Il n’a pas accepté que sa cellule soit fouillée. Une fouille décidée par d’administration pénitentiaire après une plainte de la famille du jeune détenu qui recevait régulièrement des appels téléphoniques dans lesquels Jimmy Pluta formulait des menaces de mort.

S’il reconnaît s’être énervé et avoir emporté dans sa chute un gardien, le jeune détenu dénonce aussi les violences dont il a été victime et pour lesquelles il a d’ailleurs porté plainte. « J’ai dû me défendre, explique-t-il. J’ai des bleus partout, un coquard, des marques au visage et au crâne. Il m’en n’aurait pas mis, j’en n’aurai pas mis… »

Il avoue tout de même avoir menacé les gardiens de les frapper s’ils entraient dans sa cellule, expliquant que « faut pas me casser les pieds ». Quant au téléphone qu’il détenait de manière illicite, il ne nie pas, lançant juste à la présidente un « pas vu pas pris… ».

Pour le procureur, ces violences sont dans la lignée du casier judiciaire du jeune homme qui comporte neuf mentions pour des faits de violence. Le procureur ne voit aucun élément pour écarter la peine plancher et a donc requis une peine d’un an de prison.

« Extrêmement impulsif »

Concédant que son client, qu’elle suit depuis longtemps, est « extrêmement impulsif », Me Debert explique qu’il a « du mal à canaliser sa colère et peut très vite commettre des actes de violences ». Comme lors de la fouille de sa cellule où, au départ, il s’est défoulé « en tapant dans ses propres affaires ». Selon elle, s’il s’en est pris à un gardien, c’est peut-être aussi en réponse des coups reçus dont certains n’apparaissent pas sur le certificat médical établi. Si l’avocate n’a rien trouvé à redire pour le téléphone que Jimmy Pluta a lui-même reconnu posséder de manière illicite, elle a plaidé la relaxe concernant les violences.

Source: http://www.lavoixdunord.fr/region/bethune-un-an-de-prison-pour-avoir-agresse-un-ia30b53960n1928122

 

 

This entry was posted in Comment ils nous enferment. Bookmark the permalink.